Archive


Lettre circulaire du 23 novembre 2016


Chers membres, chers sympathisants

Les élus politiques de tous bords  à Berne se lancent actuellement dans des  pirouettes verbales sous une forme inédite. Les valeurs démocratiques sont littéralement foulées aux pieds. Le serment constitutionnel auquel sont assujettis tous les parlementaires en début de législature, est ainsi ignoré par leur majorité dès que le seuil du Palais fédéral a été franchi. Il en va ainsi du refus de l’initiative populaire contre l’immigration massive dont la mise en oeuvre se heurte à l’opposition parlementaire. Ainsi la Berne fédérale s’efforce par tous les moyens de boycotter la volonté populaire du 9 février 2014. En accord avec le PS, les associations et les syndicats, il est poposé un contingent  de main-d’oeuvre indigène light soutenu de surcroît par des associations de  suffrages de gauche. Pour sa part, „Muller 18 pourcent“ ne veut rien savoir d’une limitation des travailleurs étrangers. 

Précisément le 30 novembre prochain, la Chambre des cantons étudiera ce modèle qui place l’étranger sur un pied d’égalité avec les Suisses et possédant un permis de séjour en Suisse en bénéficiant de conditons légales réservées aux citoyens suisses.  Dans le cadre d’un permis de séjour pour étranger, un Suisse âgé de plus de 50 ans ne peut plus être mis sur pied d’égalité avec un étranger bénéficiant  du permis de séjour et dont les coûts sont moins élevés.

A la longue, le citoyen suisse ne saurait accepter cette politique de gauche, car une telle violation constitutionnelle engendre des émotions de colère. Le brexit et les résultats de l’élection présidentielle aux Etats-Unis prouvent qu’il est plus simple d’affirmer que le peuple est stupide, à l’image des innombables commentaires de presse et de télévision émanant des milieux de gauche après l’élection du président américain Donald Trump. Ce qui semble, au vu de ces résultats  bien augurer de prochaines consultations populaires  sur ce schéma, en Europe.

Notons que vous recevrez sous peu le procès-verbal de l’assemblée générale de l’Association patronale contre l’adhésion à l‘UE  du 29  avril 2016. La prochaine assemblée générale de notre association se tiendra le 5 mai 2017 Au Premier Gare centrale à Zurich.

Nous comptons comme toujours sur le précieux appui de nos efforts en faveur de l’indépendance de la Suisse et de la sauvegarde de ses structures économiques souveraines.  

Avec mes meilleures salutations



Gerda Strasser, présidente     

________________________________________________________________________________________________________________________
Winkel, 4 Avril 2016

A nos membres et sympathisants

Invitation à participer à  l’assemblée générale de
l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE

Vendredi, 29 avril 2016 18.30h à 22.00h
Au Premier, salle ‚Les Trouvailles‘ Hauptbahnhof Zurich

18h30 – 18h55 apéro
19.00h Assemblée générale

Ordre du jour
  1. Discours de bienvenue
  2. Election des scrutateurs
  3. Rapport annuel du présidente
  4. Procès-verbal  de l’assemblée du 8.5.2015
  5. Rapport annuel d’une assemblée à l’autre
  6. Approbation     a) comptes annuels
                             b) Rapport de revision
                             c) Décharge caissier et comité
7. Cotisation annuelle 2016
8. Principales activités 2016 
9. Propositions et divers *

          *)  D’autres thèmes/propositions peuvent figurer à l’ordre du jour à condition qu’ils parviennent au président de
               l’Association patronale dans les 10 jours précédant  l’assemblée générale.


19.30h   Exposé de Mr Beat Kappeler, Dr h.c. commentateur à la NZZ am Sonntag et auteur
              de nombreuses études en la matière. suivi de la discussion en particulier sur le thème
  „Le Brexit à la lumière des problèmes de l’UE“. 

20.30h   Apéro riche

21.00h   Discours du conseiller national Ing Agr EPF Albert Rösti,  Präsident dés. UDC
              Suisse, sur la question 
              „Les  dangers de l’adhésion rampante à l’UE“  avec discussion.

22.00h   Fin de l’assemblée

Gerda Strasser, présidente 


Veuillez s.v.p. nous confirmer votre participation à l'assemblée générale à info@unternehmer-vereinigung. ch en indiquant nom, prénom, adresse, e-mail et nombre de participants. Merci d'avance.

​________________________________________________________________________________________________________
                                                                             
 Rapport annuel 2015

Chers membres, chers sympathisants

L’année 2015 écoulée a été marquée par de nombreux et cruciaux événements pour notre Association patronale contre l’adhésion à l’UE.

Les pourparlers avec l’UE sur un accord-cadre institutionnel continuent. 

Cet accord-cadre constitue à plus ou moins long terme l’objectif de la politique du conseiller fédéral Didier Burkhalter et qui est de nature à menacer  no longues institutions et notre indépendance. En fin de compte, nous ne voulons pas devenir une colonie de Bruxelles!

En d’autres termes, nous nous opposons en cas de litiges, à ce que la Haute Cour de l’UE ait à décider de la mise en valeur des accords bilatéraux.

Nous nous opposons à la reprise automatique de toutes les décisions et des lois de l’UE.

Nous n’accepterons pas que l’UE puisse entreprendre des mesures coercitives contre la Suisse opposée aux décisions de Bruxelles contraires à la législation fédérale.

Il faut que nous puissions dire non de toutes nos forces! 

Le comité de notre association a tenu cinq séances Il a rédigé différentes circu-laires et mis au point des actions publicitaires à l’intention de nos membres et de nos sympathisants des régions alémaniques et de Romandie, afin de les informer sur  les  intentions et les efforts du Conseil fédéral concernant l’adhésion rampante à l’UE et d’autres sujets importants en rapport avec l’économie. La Présidente remercie pour le travail constructif de collaboration avec le comité au cours de l’année sous revue.

Nous tenons à déplorer ici la perte pour notre Association patronale de quelques membres et de  sympathisants  survenue  pour raisons d’âge durant l’année présidentielle.  Nous les remercions pour leur précieux appui durant de longues années et leur souhaitons nos meilleurs voeux pour l’avenir. Notre souvenir concerne également  quelques adhérants décédés.

Notre Association patronale réunit présentement 1132 membres ou sympathisants en provenance de toute la Suisse.

En collaboraton avec le „“Comité pour une Suisse indépendante et libre“ („Komitee selbstbewusste freie Schweiz“) et le „Mouvement pour l’indépendance“ („Bewegung für Unabhàngigkeit“), a eu lieu le 2 octobre 2015 à Zurich une manifestation autonale bien fréquentée consacrée au thème „La Suisse Etat souverain?“. avec le conseiller national Jakob Büchler (PCS) comme conférencier sur le sujet „Esprit défensif comme contribution à la souveraineté“. D’autres conférenciers à cette manifestation ont été l’historien Thomas Kaiser (sujet: Fondements politiques et survie de la Suisse dans sa valeur), ainsi que Reinhard Koradi,  sur le thème „Chantage lorsque les greniers sont vides!“.

Notre page  informatique publicitaire en allemand et en français „Unternehmer-Vereinigung.ch“ rencontre un fort intérêt par son actualité,  sous la signature de Theo Schmid, président d’honneur de l‘Association patronale contre l’adhésion à l’UE. Il en va de même de la seconde page informatique „proschweiz.info“.

A noter que l’Association patronale contre l’adhésion à l?UE“ fait partie du Comité EU-NO présidé par l’ancien conseiller fédéral  et ancien conseiller national Christoph Blocher, également membre d’honneur de l’Association patronale contre l’adhésion â l’UE, sur l’appui duquel cette dernière bénéficie en vue de la campagne précédant la prochaine consultation populaire  sur l’accord-cadre institutionnel avec l’UE.

Ainsi, la nouvelle année de l’Associational patronale sera une fois de plus  une année de lutte. Nous tenons à ce propos à remercier une fois de plus tous nos membres et sympathisants pour leur contribution et leur fort appui durant l’année écoulée.

Et n’oublions pas:

                       „“Qui abandonne la liberté au profit de la sécurité finira par perdre les deux“
       
(Benjamin Franklin 1706-1790)         
.      
Avec tous nos remerciements 

Winkel, avril 2016                               
                                                        
Gerda Strasser

Présidente.


____________________________________________________________________________________________________________________

Allégations et faits 

La question de l'UE revient au premier plan

Grâce à la complicité de tous les partis – hormis l'UDC – le Conseil fédéral a réussi à faire passer sous silence dans la campagne électorale au Conseil national la question actuellement la plus importante pour la Suisse, à savoir la conception des relations avec l'Union européenne.

Info non UE du 15.10.2015

Les élections sont passées, le thème UE revient au premier plan. D'innombrables allégations circulent. Nombre d'entre elles sont fausses ou ne sont que de pures inventions. Voici quelques exemples pour illustrer ce propos.

Isolement

Voici comment le public est informé:

"La Suisse s'apprête à s'isoler de l'Europe" (magazine "Horizons" du Fonds national de la recherche scientifique concernant le prétendu décrochage de la Suisse de la recherche internationale, 3 juin 2015).

La réalité:

La Suisse se place largement en tête de tous les pays européens tant en ce qui concerne la proportion de chercheurs étrangers (57%) que celle de chercheurs nationaux ayant fait des expériences à l'étranger (78%). Notre pays continue d'occuper les premières places dans les classements internationaux en matière de recherche et d'innovation, notamment en ce qui concerne les publications scientifiques et les dépôts de brevets, par rapport à sa population. Enfin, les publications scientifiques suisses bénéficient d'une attention supérieure à la moyenne auprès de la communauté scientifique internationale.

Chômeurs / Chômage

Voici comment le public est informé:

"La libre circulation des personnes ne s'applique pas aux chômeurs" (explication de vote 2005 du Conseil fédéral).

La réalité:

Des chômeurs UE peuvent entrer légalement en Suisse sous le prétexte "d'être à la recherche d'un emploi".

Secret bancaire / Schengen

Voici comment le public est informé:

"La participation à l'accord de Schengen apporte des avantages économiques. Le secret bancaire concernant les impôts directs est ainsi garanti par contrat" (message en vue des votations du 5 juin 2005).

La réalité:

"Si nous voulons accéder au marché UE, nous devons aussi reprendre les autres mécanismes de l'UE, par exemple l'échange de renseignements" (Eveline Widmer-Schlumpf le 11.2.2010).

Pression migratoire / Immigration

Voici comment le public a été informé:

"Comme le révèlent les expériences faites dans l'UE, les craintes (…) de voir fortement augmenter l'immigration en provenance des Etats UE ne sont pas justifiées." Il ne faut pas compter avec une "augmentation de la pression migratoire" (explications du Conseil fédéral concernant les votations du 21 mai 2000 sur le premier train d'accords bilatéraux).

Micheline Calmy-Rey commentant les craintes selon lesquelles l'immigration atteindra un multiple des 10 000 personnes annoncées par le Conseil fédéral: "Ce sont des fantasmes!"

La réalité:

L'excédent migratoire en provenance de l'Union européenne atteint 80 000 personnes en chiffre net (moyenne 2009-2014).

Regroupement familial / Economie

Voici comment le public a été informé:

"L'immigration en Suisse est déterminée en premier lieu par la demande de l'économie" (Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale, 11.12.2013, heure des questions au Conseil national).

La réalité:

Selon la statistique de l'Office fédéral de la migration (ODM), 44% de l'immigration sont dus au regroupement familial, à la formation et au perfectionnement ainsi qu'à des activités professionnelles "non définies". En outre, la forte progression de l'emploi de ces dernières années s'explique avant tout par l'expansion des services publics. La majeure partie de cette augmentation du nombre d'emplois n'est liée ni à l'innovation, ni à la productivité.

Corps des gardes-frontière

Voici ce qu'on a promis au public:

"La taille du Corps des gardes-frontière restera au moins au niveau de décembre 2003" (message en vue des votations du 5 juin 2005).

La réalité:

Le nombre de postes a été réduit de 416 entre 2003 et 2008, ce qui équivaut à une baisse de 10%.

Sondage d'opinion

Voici comment le public a été informé:

"Mobilisation et soutien particulièrement forts à l'initiative (contre l'immigration de masse) chez les citoyennes et les citoyens les moins privilégiés" (sondage d'opinion Vox financé par la Confédération, le 26.2.2014).

La réalité:

L'initiative a bénéficié d'un soutien supérieur à la moyenne, soit de 63%, parmi les titulaires de diplômes professionnels supérieurs.

Transports routiers de marchandises / Quantité de marchandises

Voici comment le public a été informé:

"A partir de 2005 il faut s'attendre à une baisse continue du trafic transalpin de marchandises par la route" (message en vue des votations du 21 mai 2000).

La réalité: 

La quantité de marchandises transportées par la route à travers les Alpes suisses a progressé de 54% (!) entre 2000 et 2012.

Croissance / Revenu par habitant

Voici comment le public a été informé:

"La Suisse dépasse largement les autres économies nationales en termes de croissance. L'immigration en est un moteur important" (émission "10vor10" de la TV alémanique).

La réalité:

La libre circulation des personnes ne s'applique complètement que depuis 2007. Jusque-là, la Suisse imposait des contingents. La réalité est que la progression du revenu de 4500 euros par habitant a eu lieu presque exclusivement entre 2002 et 2007. En revanche, ce revenu a stagné entre 2007 et 2012, donc durant la libre circulation complète. Si le PIB suisse a augmenté, c'est notamment parce que la Confédération a pris en compte, à l'instar des pays membres de l'UE, des estimations du produit de la prostitution et du trafic de drogues dans sa comptabilité économique.

Lettre circulaire du 29 janvier 2016


Chers membres, chers sympathisants et sympathisantes

Imaginez un séjour dans un pay où l’absence du permis de pêche est punissable, alors même que l’entrée dans ce pays n’exige aucune autorisation!  A tel point que l’on pourrait se deman-der si ce pays est dirigé par des „irresponsables (Milos Zeman, président tchèque).

L’expression „réfugiés“ ne cesse de revenir à tous les esprits, depuis que la chancelière allemande Angela Merkel lança le 5 septembre 2015 sa „culture d’accueil“ (Willkommens-kultur). Et comment réagit Madame Sommaruga en imitant la politique d’asile d’Angela Merkel.? Car pour le département fédéral de justice et police, il est inutile de rechercher une solution essentiellement et avant tout européenne. (à  en croire SUISSEEUROPE, l’UE s’attendrait,  au vu des prévisions conjoncturelles  d’ici fin 2017, à l’afflux de  trois nouveaux millions de réfugiés  en Europe. ompte tenu des décisions prises et d’ores et déjà en voie d’exécution, a Suisse se voit, conformément aux accords Schengen/Dublin, d’ores et déjà liée à la recherche de nouvelles solutions communes touchant l’ensemble de l’Europe et l’adaptation aux règles éventuellement existantes. La vérité est cependant toutefois   que les accords Schengen/Dublin ont totalemnt échoué Cependant, Madame Sommaruga n’en poursuit pas moins une politique des portes ouvertes.

La marée probable de réfugiés de milieux culturels partiellement hostiles  à notre mode de vie et de civilisation incite à des réflexions sur l’afflux probable de centaines de milliers de jeunes hommes en provenance de milieux culturels susceptibles d’engendrer des conflits  notamment entre chrétiens et musulmans. Les récents  événements de la nuit de Sylvestre et les agressions sexuelles dont des femmes ont été les victimes,  inquiètent de surcroît les populations intéressées. A cela s’ajoutent les actes terroristes que redoutent fortement le monde occidental, notamment l’Europe et ses valeurs ancestrales.Il faut y ajouter que peu de pays dans le monde et en Europe en particulier n’ont, proportionnellement autant de  réfugiés  que la Suisse par son importance démographique surtout. Sans compter que la plupart de ces nouveaux nomades profitent comme dans aucun autre pays de son système social inégalé. Dans l’ensemble, il faut s’attendre vraisemblablement à des situations chaotiqueses dans certais secteurs de la vie et quelles en seront les conséquences irrémédiables pour les générations futures? 

Quel sera en définitive le prix de cette anxiété due à la politique apparamment erronée et partiellement  irresponsable? Le fait qu’à Berne il existe des milieux qui  souhaitent  encore l’adhésion de la Suisse à l’UE est incompréhensible.

Il serait temps et de la plus haute importance que les frontières de la Suisse demeurent enfin fermées  aux mouvemets migratoires à  l’instar d’autres pays d’Europe!

¨l’accord-cadre: un pas de plus vers l’UE!

Les questions institutionnelles font partie des thèmes importants discutés entre la Suisse et l’UE durant l’année  en cours. Ainsi, la Berne fédérale s’efforcera par tous les moyens de faire croire au peuple suisse que la voie bilatérale ne pourra subsister qu’avec un accord-cadre.  L’ambassadeur Henry  Gétaz (source: SUISSE-EUROPE) affirme qu’un accord apportera au surplus à la Suisse de nouveaux droits de co-partenariat lors de la mise au point du droit UE en vigueur et qui seront adaptés aux accords bilatéraux. “Dans toute évolution du droit UE, l’économie de la Suisse „obtiendrait de nouveaux droits envers 500 millions de con-sommateurs“. Or, cette affirmation est entièrement erronée, car pour la Suisse, les marchés de croissance se situent non seulement en Europe, mais encore et surtout  aux USA,  en Ex-trême-Orient et en Amérique du sud.

Un questionnaire de la Basler Zeitung a indiqué que la Suisse ne veut rien savoir en provenance de juges étrangers. Pour une large majorité de personnes, la sauvegarde de l’indépendance de la Suisse est de loin plus importante qu’un accord-cadre avec l’UE.  Cet aspect n’en est pas moins pour nous un espoir pour l’avenir.

Chers lecteurs, chères lectrices, vos appuis nous sont très précieux dans notre lutte en faveur de l’autonomie de la Suisse et du maintien de ses structures économiques souveraines.

Avec nos meilleures salutations

Gerda Strasser
Présidente de l’Association patropnale contre l’adhésion à l‘UE  


                                                      Circulaire du 4 Avril 2016



Chers membres, chers sympathisants

Il existe actuellement sur le parquet international, plus particulièrement européen deux personnalités au sujet desquelles j’aimerais exprimer mon opinion  toute personnelle quant à leur politique migratoire. J’ai nommé Mesdames Merkel, chancelière de la République fédérale d’Allemagne et Sommaruga,  conseillère fédérale, ministre suisse de la justice.

Depuis longtemps Madame Merkel mène la barque en la matiere sur le plan européen et le président François Hollande n’est plus que son disciple. Quant à la Grande-Bretagne, elle en est réduite à ne jouer que les seconds rôles. Les autres membres de l’Union européenne assistent impassibles aux événements qui submergent le continent jusque dans ses fondements, quittes à se faire manoeuvrer par une politique autoritaire des réfugiés comparable à du chantage indiscutable et au mépris des fondements démocratiques et des faits irrémédiables pour l’ensemble de l’Europe et de son avenir. La Grèce en est un des exemples. Le pacte passé avec la Turquie en est un autre avec tous les risques que cela comporte en obtenant le reflux des réfugiés vers leur pays d’origine. La légalité ne conditionne-t-elle pas le reflux de migrants et de réfugiés vers des Etats-tiers. La question se pose si la  Turquie en l’occurence peut être considérée comme telle? A ce point que cela pourrait aboutir à une farce. A se demander si le Président turc Erdogan n‘est à ce point crédible en acceptant les avances de fonds par milliards de l’UE, sans compter les risques du terrorisme importés parallèlement à l’afflux constaant de nouveaux régugiés vers l’Europe.

La politique de cordialité de Madame Sommaruga  n’est pas en reste comparée à la culture de  bienvenue des réfugiés pratiquée par Madame Merkel. A tel point qu’elle pourait n’être guére éloignée de sa bénédiction par les soins du Vatican. Quelle que soit sa politique de courtoisie envers les réfugiés, il n’en demeure pas moins que son laisser-faire se traduira par une hausse tangible de la facture du conribuable pour les années à venir. Son Département a calculé au budget pour 2015 un excédent prévisible de quelque deux milliards, ainsi qu‘une hausse continue des coûts d’accueil jusqu’en 2018 de 2,4 milliards. D’ici-là, selon les calculs prévisibles de Serge Gaillard, les requérants d’asile auront atteint le nombre de quelque 40‘000. Chacun sait qu’il sera malaisé de les renvoyer, à cause du manque de volonté des autorités dans l’application conséquente des lois,  et la gratuité des juges qui n’y contribue en rien! Compte tenu de la tendance accrue à l‘étrangéisation, il va sans dire que l’on finit par se sentir mal à l’aise chez soit, d’où le sentiment que notre système légal perd de plus en plus de sa valeur. D’autant plus qu’il est prouvé que les requérants d’asisle eux-mêmes à côté des réfugiés dans leur ensemble ont de plus en plus de mal à s’intégrer dans le processus du travail. Tant qu’il leur est offert toutes sortes de commodités, pourquoi  devraient-ils en fin de compte, se mettre sérieusement au travail? De surcroît, il est à mon sens incompréhensible  qu’une partie de nos concitoyens assidus jusqu’à l‘âge de la retraite  ne puissent profiter en fin de compte de leur contribution à la retraite, et qu’ils soient maintes fois desavantgés  durant leurs vieux jours, maltraités contrairement au traitement réservé maintes fois aux arrivants de l’extérieur admis aux systèmes nettement améliorés  pour eux. Ces avantages dus à l’implication des systèmes Merkel, Sommaruga et consorts, doivent être supprimés aussi longetemps  que le PS conservera dans son programme l’adhésion à l’ UE.
__________________________________________________________________________________________________________

Nous rappelons aimablement à votre souvenir notre Assemblée annuelle de vendredi, 29 avril 2016, à Zurich 18h30 Au restaurant  AU PREMIER Hauptbahnhof Zürich ASSOCIATION PATRONALE CONTRE L’ADHESION à L’UE

Gerda Strasser, présidente   

LETTRE CIRCULAIRE  DU 28 SEPTEMBRE 2015

Chers membres, chers sympathisants

Le 18 octobre prochain, le peuple suisse – femmes et hommes – auront le devoir  de renouveler le Parlement fédéral. Les résultats de ces élections seront déterminants principalement pour notre pays, avant tout sur le plan des rapports avec l’étranger, mais surtout avec l’Europe.

La stratégie de Didier Burkhalter ne laisse aucun doute. Après les élections, le responsable des affaires étrangères mettra tout en oeuvre pour activer la mise au point des questions relatives au dossier de l’initiative sur l’immigratio n de masse, et dans ce contexte, la solution des problèmes institutionnels tels que la reconnaissance du droit UE et les questions de l’accès de la Suisse au marché de l’énergie et des prestations financières. En définitive, le chef de la diplomatie met tout son poids sur le rapprochement 
institutionnel avec l’UE et la non-mise en oeuvre de l’initiative contre l’immigration de masse.          

C’est pourquoi, nous vous invitons à n‘élire le 18 octobre prochain à Berne que des candidats opposés à une soumission au droit de l’UE et aux décisions de ses juges. 

Actuellement, on s’efforce en dernier lieu de nous prouver qui a le dernier mot au sein de l’UE;  c’est l’Allemagne, respectivement sa chancelière Angela Merkel avec sa politique humanitaire d’accueil et
ses effets de longue durée pour l’Europe. Cette politique est de nature à mettre en danger la civilisation de l’Europe en ouvrant la porte à des centaines de milliers d’êtres humains en provenance de milieux culturels étrangers. Tout ce que nos ancêtres ont bâti avec acharnement risque de se perdre. L’UE elle- même lutte contre une vague de chômage dévastatrice. Comment la chancelière Merkel veut-elle intégrer les nouveaux arrivants à majorité musulmane dans un marché du travail de moins en moins ouvert?  Sans parler des autres migrants qui de Syrie attendent l’occasion de traverser la mer sur la côte occidentale turque, ou d’Afrique via la Méditerranée déferlant vers les pays européens de l’UE. Tous les Européens et en particulier les membres de l‘UE devraient en définitive avaler la soupe Merkel contre 
leur volonté. 
Et que fait au juste la Suisse officielle dans tout cela? Madame la Ministre Sommaruga poursuit son pélerinage à Bruxelles où elle s’efforce d’ouvrir une large brèche dans le droit d‘asile aux migrants, tout en se moquant de la  majorité du peuple suisse opposé à l’immigration massive? OUI aux réfugiés! Mais nous voulons continuer dans notre pays à décider nous-mêmes de notre avenir politique! 

Tous ceux qui, dans notre pays ont à coeur le respect des responsabilités  ne sauraient approuver en ce moment les décisions de certains  milieux de l’élite politique de la Suisse!

Avec nos meilleures salutations


Gerda Strasser
Présidente de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE
Unternehmer-Vereinigung gegen den EU-Beitritt


Procès-verbal de l’assemblée générale de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE, du 9 mai 2014, Au Premier, Gare centrale, Zurich.

Le Président ouvre l’assemblée générale à 18h45. Parmi les 33 membres et sympathisants il relève tout particulièrement la présence de Madame Eva Huber, veuve du président d’honneur de l’Association patronale,  Benno G. Huber récemment décédé. Il salut en outre la venue de  l’ancien conseiller national Ulrich  Schlüer, éditeur de l’hebdomaire alémanique Schweizerzeit, qui s’adressera pour terminer à l’assemblée. Une gerbe de fleurs est remise en outre à Madame Eva Huber.

L’exercice écoulé de  l’Association patronale a été marqué par un nombre élévé de décès en plus de celui du regretté président-fondateur Benno G. Huber et en l’honneur desquels une minute de silence est observée. Le président exprime sa sympathie au nom de l’association.

Au surplus, un certain nombrre de membres et de sympathisants ont dû remettre leur démission pour raison de santé. Le président les remercie pour leur dévouement. . 

L’Association patronale contre l’adhésion à l’UE réunit actuellement 1072 membres et sympathisants qui se répartissent parmi tous les cantons suisses. L’an dernier, 3 membres  et 5 sympathisants ont été admis et 6 intéressés ont demandé des prospectus. Leur admission est encore en suspens. 

Avec l’aide de membres du comité, quelque 600 personnes ont été contactés par correspondance écrite, dont 250 en Suisse romande auxquelles l’Associationale patronale s’est présentée avec son activité. Le président relève aussi la présence à l’assemblée générale de spécialistes de la publicité, ce qui ne peut que favoriser les buts de notre association en vue d’acquérir de nouveaux intéressés sous forme de membres et de sympathisants. 

L’an dernier, les objectifs de l’Association patronale ont pu être une fois de plus partiellement atteints, mais dans des conditions plus difficiles. En effet, l’adhésion à l’UE n’est toujours pas une option au sein de la population suisse. D’autre part, il y a lieu de craindre que les tentatives du conseil fédéral, de l’administration et d’une partie du parlement, visant à parvenir par tous les moyens à l’adhésion sournoise  (à l‘exemple de l’adhésion à l’ONU où „l‘on paie et l‘on participe si possible partout, selon l’argument ‚payer mais sans droit de décision“) devraient finalement se solder par l’abandon de la liberté et de l’indépendance de la Confédération. De surcroît, le PS et la gauche insistent de nouveau et officiellement sur l’adhésion de la Suisse à l’UE! 

Avec l’appui des deux commissions parlementaires, le Conseil fédéral vient de soumettre à l’UE des propositions en vue du rattachement institutionnel automatique au droit UE, sous la condition de la reconnaissance par le droit suisse de la cour suprême de l’UE an tant qu’instance finale. Cela équivaut à l’abandon de l’indépendance et à la reconnaissance de juges étrangers. Pour sa part, l’UE a donné son accord en vue de l’ouverture de négociations sur le rattachement institutionnel avec la Suisse. De telles négociations doivent être empêchées par tous les moyens. L’Association patronale contre l’adhésion à l’UE a donc décidé d’adhérer au Comité EU-NO constitué par l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher, membre d’honneur de notre association patronale, afin de lutter par tous les moyens contre cette évolution  

Il faut reconnaitre que dans cette question, des limites ont été largement dépassées. Des contre-vérités, des propos mensongers et de fausses interprétations sont à l’ordre du jour. Comment en sommes-nous arrivés là? Au cours des prochains mois, nous serons mis à l’épreuve et nous comptons sur votre appui. C’est pourquoi des modifications ont été prévues au sein de notre comité, ce dont il est question dans nos statuts sous le point „Elections“! 

Election des scutateurs: Le président propose MM. Henry Martin, Rueschlikon et Hans Wymann, Dällikon. Ces derniers sont élus srutateurs à l’unimité.

Rapport annuel: il est renoncé à la lecture du rapport annuel.


___________________________________________________

Rapport annuel du 3.5.2013 au 9.5.2014  à l’intention de l’assemblée générale

Chers membres, chers sympathisants,

L‘année écoulée a été malheureusement marquée par un nombre élevé de décès de membres et de sympathisants et en particulier celui de notre ancien président d’honneur Benno Huber qui a tout particulièrement marqué l’histoire de notre Association patronale contre l’adhésion à l‘UE.

De surplus,  un certain nombre de membres et de sympathisants ont remis leur démission pour raison d’âge. Nous leur souhaitons nos meilleurs voeux pour l’avenir, avec notre gratitude pour leur précieux  concours durant de longues années au sein de notre association. 

Notre association compte présentement 1172 membres et sympathisants en provenance de tous les cantons y compris ceux de Suisse romande et du Tessin. Trois nouveaux membres et 5 sympathisants en font partie depuis l’année écoulée. En outre, 6 personnes ont manifesté leur intérêt et sont en possession des documents de notre association. 

Avec l’appui des membres de notre comité, nous avons contacté durant l’année écoulé quelque 600 personnes dont 250 en Suisse romande, et auxquelles nous avons présenté notre association et ses principaux objectifs. Le contact personnel est encore la meilleure des méthodes de recrutement de membres et de sympathisants. 

C’est dans des conditions plus ou moins difficiles selon les circonstances, que notre association est parvenue à faire passer nos objectifs – Pas d’adhésion à l’UE - auprès d’un public intéressé. Une adhésion à l’UE continue semble-t-il à ne pas être actuellement au sein de l’opinion une sérieuse option. D’autre part, on envisage apparemment au sein du Conseil fédéral, de l’Administration et d’une partie du Parlement d’ouvrir par tous les moyens la voie à une adhésion sournoise  à l’UE (à 
l‘image de l’adhésion à l‘ONU selon le principe „Payer sans pouvoir de co-décision“)! Tout cela au dépens de la liberté et de l’indépendance de la Confédération! Et au surplus avec l’appui des milieux de gauche qui préconisent officiellement une adhésion de la Suisse à l’UE. 

Tout récemment encore, le Conseil fédéral, avec l’appui des deux commissions parlementaires, a fait parvenir des propositions à l’UE en vue de l’adoption automatique par la Confédération du droit UE,, reconnaissant aussi la cour suprême de l’UE comme instance de décision par des juges étrangers. Pour sa part, l’UE a donné son accord à des négociations avec la Suisse sur le plan institutionnel étranger au droit suisse. 

La Suisse doit s’y opposer par tous les moyens. C’est pourquoi, nous avons décidé d’adhérer au Comité NON à l’adhésion sournoise à l’UE  +EU NO+  présidé par l’ancien conseiller fédéral Christoph Blocher, membre d’honneur de notre Association patronale contre l’adhésion à l’UE. 
        
Il faut reconnaître que dans cette question les limites ont été dépassées et de fausses déclarations pour ne pas dire des mensonges sont à l’ordre du jour. Cela exige des réactions. 
 
C’est pourquoi nous devrons réagir ces prochains temps et nous comptons pleinement sur votre soutien. C’est pourquoi nous avons envisagé des modifications au sein de notre comité que nous porterons à votre connaissance lors de l’élection à l’ordre du jour de l’assemblée.  

Au cours de l’année écoulée, notre Association patronale a tenu une manifestation consacrée aux affaires  militaires, avec le Mouvement pour l’indépendance et le Comité „Selbstbewusste freie Schweiz“, ainsi qu’aux questions d’une Suisse libre et indépendante et aux changements en cours.  Les orateurs étaient MM. Hermann  Suter, président du groupe Giardino et Franz Betschon, membre de ce groupe.   

Inchangé, le comité de notre association a tenu quatre séances au cours de l’année. Le président remercie les membres du comité pour le travail accompli, en particulier le secrétaire Ernst Rebsamen. Dans trois circulaires, membres et sympathisant de notre Association ont été renseignés sur les sujets et les recommandations. Deux circulaires contenaient un bulletin de versement pour des dons. Ce qui explique peut-être le montant inférieur à la moyenne des dons de nos sympathisants. 

Le président remercie tous les membres pour leur contribution annuelle et leurs dons supplémenaires importants. Sa reconnaissance va également aux membres du comité qui tous ont versé la cotisaion annuelle de CHF 150.- Il convient en revanche de regretter le résultat inférieur à la moyenne des dons de sympathisants durant l’année en cours. C’est pourquoi il en appelle aux sympathisants pour qu’ils apportent eux aussi un soutien financier. 

La dernière assemblée générale eut lieu avec la participation de seulement 23 membres et sympatisants sur une cinquantaine d’inscriptions. C’est ce qui a incité le comité à imposer pour la première fois pour l’assemblée générale 2014 le versement d‘un montant de CHF 25.- à la charge de participants qui omettraient d’excuser leur absence au plus tard la veille de l’assemblée. C’est  pourquoi le président en appelle à la compréhension des intéressés. 

Pour terminer, le président en appelle au Conseil fédéral pour qu’il prenne de nouveau au sérieux les questions qui intéressent particulièrement le peuple suisse et la volonté populaire documentée par les résultats des votations. Un Conseil fédéral conscient de son devoir de respecter et de représenter raisonnablement les intérêts des Suisses et des Suissesses à l’étranger. Ses voeux s’adressent aussi à un parlement conscient d’agir raisonnablement et de manière réfLéchie sur le plan légal pour le bien du peuple et de l’économie et non pas dans son seul intérêt. 

Winkel, 7 mai 2014, Theobald Schmid, président.   


Le procès-verbal de l’assemblée générale du 3 mai 2013 est approuvé.

Le rapport annuel du président est approuvé à main levée. 

Rapport annuel 2013: Le caissier par interim Th. O. Schmid confirme que tous les frais et autres dépenses  ont été portées en compte par le secrétaire Ernst Rebsamen. Au bilan, les fonds disponibles présentent un accroissement de CHF 841,13. Le compte annuel présente un accroissement des dons de membres, tandis que les dons de sympathisants sont en net recul. Ce recul peut s’expliquer par le fait que durant l’exercice sous revue seulement 2 circulaires accompagnées de bulletins de versement, au lieu de 3 ou 4 durant les années précédentes ont été distribuées. Les autres dépenses sont dans l’ensemble demeurées au niveau des périodes correspondantes précédentes. 

La parole n’est pas demandée. Seule une remarque au sein du public, à savoir si la double fonction de président et de caissier n’est une trop forte surcharge. Réponse: la gestion de la caisse est à ce point supportable que celle-ci est simplifiée par la technique des ordinateurs. Il n’en demeure pas moins qu’on est toujours à la recherche d’un caissier         
               
Rapport des reviseurs: les deux reviseurs, Mme Margrit Schait et M. Peter Baumgartner ont procédé à la revision des comptes. M. Peter Baumgartner présente le rapport de révision. Celui-ci ainsi que les comptes annuels sont approuvés.  Décharge est accordé au caissier par les reviseurs. Les reviseurs proposent à l’assemmblée générale d’approuver le compte annuel et décharge est accordée au caissier. 

Le bilan et le compte annuel 2013 sont approuvés à l’unanimité par l’assemblée. Décharge est accordée à l’unanimité au caissier et au comité. 

Fixation de la cotisation annuelle pour les membres. Le comité propose de maintenir inchangée la cotisaion de membre à CHF 150.- pour l’année courante.

Le président remarque que dans la pluspart des cantons, les cotisations de membres, mais aussi les dons facultatifs de sympathisants peuvent être déduits de la feuille d’impôt. 

Elections: Au nom du comité, le vice-président Jürg E. Fischlin propose de réélire 
à l’unanimité le président Theobald O. Schmid pour une nouvelle période de deux ans. 

Le président procède au renouvellement du comité sortant pour nouvelle pérriode de deux ans. Ce sont MM. Jürg E. Fischlin, vice-président, Ernst Rebsamen, secrétaire, Henry Martin, membre du comité, Maximilian Walter, Mitglied du comité, Ronald Hauser, membre du comité, Bernard Robadey, membre du comité et secrétaire de la Suisse romande. 

Election d’un membre suppléant du comité. Les membres du comité sortant sont en majorité âgés de 80 ans et plus.. Un rajeunissement du comité s’impose. Un nouveau membre du comité devrait être en particulier  versé dans la mise à profit des moyens modernes de communication. Nous proposons donc d’élire Mme Gerda Fuhrer, Winkel/ZH comme nouveau membre du comité. Mme Fuhrer est élue par acclamation à l’unimité de l’assemblée. 

Election de deux vérificateurs des comptes

Les deux vérificateurs des comptes sortants, Mme Margrit Schait, Uerikon am See et Peter Baumgartner, Buchs, se représentent  Ils sont tous deux réélus par acclamation.

Le président présente les principaux points d’activité de l’Association patronale: à savoir 

  • soutien actif de tous les efforts visant à sauvegarder la liberté et l’indépendance de la Suisse.  
  • Recrutement de nouveaux membres et sympathisants
  • Activité accrue dans l’utilisation de la publicité informatique et du web 

La parole n’est plus demandée 
Le président met un terme à la 22ème assemblée générale et invite les participants à l’apéro.

A 20 heures, la parole est donnée à l‘ex-conseiller national zurichois  Ulrich Schlüer qui Informe sur les derniers développements des rapports entre la Suisse et l’UE sur le plan institutionnel. Il met l’accent sur les méthodes utilisées par le Conseil fédéral tendant à dissimuler la vérité sur l’évolution des pourparlers de Bruxelles. Il tente de tirer au clair la nature des intentions de la Commission européenne et met l’accent sur les ripostes probables du Comité „contre l’adhésion sournoise à l’UE“ EU-NO. 
Pour terminer, l’orateur répond aux nombreuses questions de l’assistance. 

A 21.00 heure, le président met un terme à la réunion officielle, par l’apéro de clôture.  

Pour le procès-verbal 

Le président                                                                     Le vice-président

Th. O. Schmid                                                                   Jürg E. Fischlin


Rapport annuel 2012 à l'intention de l'Assemblée générale 
au Premier, gare centrale Zurich

Chers membres, chers sympathisants, chers hôtes

A l'occasion de notre vingtième assemblée générale 2012, nous avions eu l'occasion de suivre l'exposé poignant de l'ancien conseiller fédéral et conseiller national Christoph Blocher. Ce fut alors pour nous une soirée inoubliable. 

Or, exactement une année plus tard, nous sommes de nouveau et toujours confrontés par ces mêmes aspects soulevés par M. Blocher – à savoir les efforts incessants et imperturbables du conseil fédéral, de l'administration, d'une partie du parlement et d'autres milieux, visant à l'aboutissement à plus ou moins forte échéance d'une adhésion à l'UE par des mesures indirectes et dérobées de décisions coercitives et de déclarations d'intension. Tout cela à l'insu de la volonté populaire.

Tout récemment encore, le conseiller fédéral Burkhalter a sans autres donné suite à une demande de l'UE d'apporter un support instructif à l'armée malienne avec un contingent d'officiers ou de soldats suisses, sous le commandement de l'UE. Mais ou en sommes-nous – après 722 années de souveraineté – pour qu'un conseiller fédéral suisse parvienne réellement à l'idée de mettre la Suisse, respectivement son armée en quelque sorte sous la bannière de l'UE. Faut-il sérieusement se demander si l'on a affaire ici à une sorte d'admiration pour l'UE, ou tout au moins à une forme de désertion, ou simplement dans le fait à un CF tant soit peu irresponsable en la matière?

C'est dans ce contexte que l'exposé de cette soirée, présenté par le conseiller national Thomas Aeschi a porté sur la question cruciale "Comment le conseil fédéral et l'administration entendent-ils favoriser l'adhésion rampante à l'UE – Appel à la sauvegarde de l'autonomie". 

Que voilà un thème que la presse écrite, la télévision et la radio entendent de préférence passer sous silence. A une exception, lorsque l'ex-délégué suisse en pension au WTO Luzius Wasescha a reconnu sans ambages. dans une longue interview radiodiffusée, avoir été de tout temps ouvertement favorable à l'adhésion de la Suisse à l'UE et qu'il continuait à la soutenir. Traitrise ou désertion tout court? La question est de savoir comment un ancien commis de l'Etat puisse encore se faire entendre à la radio? 

Sous ce rapport, je renvois le lecteur une fois de plus à l'étude de Judith Barben – Spindocteurs à l'ouvrage.

Durant l'année écoulée (de mai à mai), le nombre des membres de l'association patronale a légèrement augmenté. Il en a été de même de nouveaux sympathisants. Dans cette dernière catégorie, nous avons malheureusement enregistré plusieurs démissions pour raisons d'âge et qui n'ont pu être que partiellement compensées, malgré les efforts. 

Durant l'exercice écoulé, nous avons aussi enregistré des décès, notamment de l'ancien conseiller aux Etats glaronnais Peter Hefti, du divisionnaire en pension Hans Bachofner, Winterthour, de l'industriel zurichois Dieter Bührle et de quelques autres membres et et sympathisants. L'assemblée a observé une minute de silence à leur mémoire. 

Durant l'exercice écoulé, nous avons procédé à plusieurs actions publicitaires et nous avons invité nos membres et nos sympathisants à s'associer à nos efforts en vue d'obtenir de nouvelles adresses dans les divers milieux auxquels nous avons fait parvenir des informations appropriées concernant nos activités. Nous réitérons ici nos appels à nos membres et sympathisants de bien vouloir nous appuyer dans nos efforts. 

Afin de favoriser nos activités de partenariat avec des 
organisations amies, nous avons participé à deux rencontres 
en commun au printemps et en automne, notamment avec le 
Mouvement pour l'indépendance et le Comité pour uneSuisse libre. Au surplus, nous soutenons les actions de l'ASIN, de Pro Libertate et de young4fun, ainsi que l'Action Service actif, de même que la Communauté d'intérêt des entreprises suisses. 

Le rapporteur a fait en outre mention de quatre entretiens 
au Château de Habsbourg consacrés à l'échange réciproque
d'informations utiles entre organisations amies. 

Nos deux sites informatiques – www.unternehmer-vereinigung.ch et www.proschweiz.info sont de plus en plus fréquentés, ce qui contribut à répandre nos idées, d'autant plus que la presse continue à ignorer nos informations. 

Notre comité a tenu quatre séances duant l'année courante. 
Nous tenons à remercier nos membres pour leur appui et le 
travail accompli. Le comit est demeuré inchangé. Il en a été de même des deux réviseurs des comptes auxquels s'adressent nos remerciements pour les services rendus. 

Notre Associations patronale contre l'adhésion à l'UE poursuivra ses efforts en vue de l'appui actif en faveur du maintien d'une Suisse libre et indépendante et de la protection de structures économiques souveraines.

Avec tous nos remerciements pour votre soutien approprié. 

2 mai 2013
Th. O. Schmid
Président


 
                                                                                                       
Winkel / Zurich le 20 mai 2014         

_______________________________________________________________________               

Procès-verbal  
de l‘assemblée générale de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE du 3 mai 2013, Au Premier Buffet de Gare 
Centrale,  Zurich

Le président Theobald O. Schmid ouvre la 21ème assemblée générale à 19h et souhaite la bienvenue aux membres, aux sympathisants et aux invités. Il relève en particulier la présence du président d’honneur de l’Association
M. Benno G. Huber et de M. Hansruedi Schaffhauser, président de l’Action Service actif. 

40 membres et sympathisants ont répondu à l’invitation, 19 membres se sont excusés. 32 membres, sympathisants et invités étaient présents. 

La liste des objets à l’ordre du jour est approuvée, aucun autre sujet supplémentaire n’ayant été présenté dans les délais impartis.   

Objet 2. Sont proposés et élus comme scrutateurs MM. Harry Martin, Rüschlikon et Hans Wymann, Dällikon, 

Objet 3. Le procès-verbal de la vingtième assemblée générale du jubilé du 6.5.2012 a été soumis par écrit à tous les membres et sympathisants, et publié également sur notre site internet ‚unternehmer-vereinigung.ch‘. L’assemblée renonce à la lecture du procès-verbal. Celui-ci est approuvé sans opposition. 

Objet 4. Approbation du rapport annuel du Président (lire texte adjoint séparément du rapport annuel 2012 d’une assemblée générale à l’autre c.à.d. du 6.5.2012 au 3.5.2013.) L’assemblée approuve le rapport annuel sans opposition. 

Objet 5.a) Comptes annuels
Le caissier par interim en charge Th.O. Schmid présente le bilan et le compte de profits et pertes au 31.12.2012 pour l’exercice 2012. Il procède sous cet aspect à la comparaison des entrées et des dépenses des années 2012/2011/2010/ 2009/2008, et dont il ressort que les entrées de l’année 2012 ont été plutôt inférieures à la moyenne, et que les sorties se sont aussi légèrement réduites, d’où il ressort un accroissement de fonds de CHF 829.60. Th. O. Schmid releva que les sorties et les entrées de fonds auxquelles procède le président portent de surcroît le visa du secrétaire Ernst Rebsamen, avant que ne soient effectués des versements, respectivement des remboursements au président.  Ces explications ont été enregistrées sans que la parole n’ait été demandée . 

Objet 5.b) Rapport de contrôle. En l’absence à l’assemblée des deux vérificateurs  des comptes, Mme Margrith Schait et M. Peter Baumgartner, il appartient au vice-président M. Jürg E. Fischlin de présenter le rapport de contrôle des comptes pour l’exercice 2012. 

Objet 5.c)Approbation du compte annuel, du rapport de contrôle et décharge du caissier par intérim, du président et du comité, pour l’exercice 2012. 

Les participants à l’assemblée générale ont approuvé sans opposition les comptes annuels et décidé à l’unanimité d’approuver le rapport des vérificateurs des comptes , ainsi que d’accorder décharge au caissier par intérim, au président et au comité. 

Objet 6. Sur proposition du comité, la cotisation annuelle de membre de CHF 150.- est maintenue pour l’année du calendrier 2013 et ne rencontre aucune opposition de l’assemblée.   

Objet 7. Activité 2013

  • Attention active portée aux événements en rapport avec la question de l’adhésion de la Suisse à l’UE et mise en pratique d’initiatives d’opposition appropriées. Appuis de parlementaires ouverts à notre cause. 
  • Soutien actif des structures économiques souveraines et libres.
  • Maintien du recrutement de membres et de sympathisants.
  • Liaison avec des organisations d’intérêts communs telles que L’ASIN, Pro Libertate, Action Service actif Young4fun, Mouvement pour l’indépendance, Comité pour une Suisse libre et indépendante ainsi que Communauté d’intérêts d‘entreprises suisses et Collaboration pour le maintien des entretiens de Habsbourg

Objet 8. Propositions et divers
Aucune suggestion. 

Le président se félicite de la participation active  de l’assemblée avant de clôturer à 19h30 la 21ème assemblée générale de l’Association patronale contre l’adhésion de la suisse à l’UE.

Après l’apéritif offert aux participants à l‘assemblée, ce fut au tour du conseiller national zougois Thomas Aeschi, conseiller d’entreprise, de commenter la question de la menace d’une adhésion à l’UE, sous le titre: „Comment le Conseil fédéral et l’administration procèdent-ils à l’adhésion rampante à l’UE – Appels à la sauvegarde et à la souveraineté de la Suisse“.

Le conférencier s’est appliqué à dévoiler en cinq chapitres pratiques les méthodes et les machinations favorables à une éventuelle adhésion. 

Ses explications furent accueilis par les applaudissements de l’auditoire suivis de nombreuses questions. 

Sur quoi la réunion prit fin à 21h2o par l’achèvement de l’apéritif  riche. 

Winkel/Zurich, 31 mai 2013

Le président:                              Le vice-président et actuaire:
                                                                   

Theobald O. Schmid                   Jürg E. Fischlin  


Rapport annuel 2011 de l'Association patronale contre l'adhésion à l'UE

Chers membres, chers sympathisants Durant l'année 2011 jusqu'à l'assemblée générale de 2012, nous avons constaté avec Satisfaktion que la Suisse peut encore résister aux menaces d'intégration à l'UE. Mais rien ne permet de croire qu'il en demeurera ainsi. Car un des grands partis politiques demeure, dans son programme partisan de l'adhésion de la Suisse à l'UE. L'histoire montre hélas que ce parti n'a pas hésité, à l'époque de la Guerre froide, de soutenir la politique de l'Allemagne de l'Est, sous la domination de l'Union soviétique. Aujourd'hui encore, il y va de la souveraineté de la Suisse, alors même qu'une partie du Conseil fédéral et particulièrement de l'Administration demeurent partisans de l'adhésion de la Suisse à l'UE. La question de savoir si la Suisse peut être rattachée institutionnellement à l'UE au prix de l'abandon partiel de sa souverainté est actuellement à l'étude. Bien que les partisans d'une adhésion à l'UE semblent demeurer présentement sur leur réserve, l'adhésion rampante semble se poursuivre infailliblement. Il nous importe de demeurer fermement sur nos positions et d'agir étroitement en accord avec des organisations qui nous sont étroitement liées, il convient de soutenir les parlementaires favorables à nos idées dont la tâche consiste à freiner une évolution défavorable à la Suisse. Nos idées sont corroborées par l'évolution à l'intérieur de l'UE et sont de nature à mettre en garde les citoyennes et les citoyens suisses contre les promesses séduisantes et les contre-vérités des mauvais patriotes et des égoïstes invétérés.
Durant l'année écoulée, nous avons actualisé constamment notre page informatique
"unternehmer-vereinigung.ch" et intégré le nouveau web "proschweiz.info". Grâce à notre présence supplémentaire sur Facebook, nous pouvons transmettre nos idées à une grande partie de l'opinion publique suisse. Avec ces moyens modernes de communication nous ne sommes plus dépendants du goodwill de la presse écrite qui boycotte de plus en plus nos lettres au lecteur et nos communiqués.
En collaboration avec des organisations amies telles que "ASIN", "Comité pour une Suisse libre et indépendante", Pro Libertate", "Aktion-Aktivdienst", "Mouvement pour l'indépendance", "Young4fun", notre organisation participe aussi à des manifestations qui partagent et favorisent nos objectifs communs. Le fait que notre associations est présente dans toutes les régions suisses lui confère une certaine importance.
Durant l'année écoulée, l'effectif des membres a légèrement augmenté. Celui des
sympathisants s'est accru de 18 personnes. Cela n'a toutefois pas réussi à compenser entièrement le nombre de décès et de démissions de membres et de sympathisants pour raisons d'âge. Il importe de redoubler d'efforts durant l'année en cours afin d'accroître l'effectif des membres et des sympathisants.
Dans plusieurs circulaires nous nous sommes, en cours d'exercice adressés à nos membres et à nos Sympathisant. En collaboration avec des organisations amies, nous avons participé à deux manifestations et quatre conférences. Nos pages informatiques "unternehmer-vereinigung.ch" et "proschweiz.info" ont vu le nombre de lecteurs croître continuellement. Notre page Facebook peut publier nos idées rapidement et à court terme et donne ainsi accès à une large opinion.
Nous devons déplorer la démission de notre membre du comité Raffaël Wohlgemuth pour raisons professionnelles. Avec nos remerciements pour son soutien, nos voeux l'accompagnent à l'avenir.
La vingtième assemblée générale du 4 mai 2012 tombe ainsi sur l'année du jubilé. Nous devons malheureusement constater que notre lutte qui dure depuis 20 ans est loin d'être achevée!
Nous sommes d'autant plus reconnaissants envers nos membres et nos sympathisants pour leur appui constant.
J'aimerais remercier ici également tous mes collaborateurs du comité pour leur appui, et tout particulièrement notre président d'honneur Benno G. Huber qui n'a pas cessé de nous appuyer activement au sein du comité. Mes remerciements et ma gratitude vont aussi en particulier à notre secrétaire Ernst Rebsamen pour ses longs services inestimables au sein du comité dans l'intérêt de l'Association patronale.
Fin mars 2012

Le président
Theobald O. Schmid


Procès-verbal

de la vingtième Assemblée générale de l'Association patronale contre l'adhésion à l'UE du 4 mai 2012 Au Premier, Gare centrale, Zurich

Le président Theobald O. Schmid souhaite la bienvenue aux nombreux membres et sympathisants présents à l'assemblée générale annuelle. Il salue en particulier la présence de l'ancien conseiller fédéral Chnristoph Blocher, actuellement conseiller national, membre d'honneur de l'association et qui prononcera le discours de circonstance. Il en va de même du conseiller aux Etats Peter Föhn, du conseiller national Luzi Stamm*, de l'ancien conseiller national Ulrich Schlüer*(*qui se joindront un peu plus tard à l'assemblée), de même que des membres fondateurs dont le président d'honneur Benno G. Huber, Dällikon, Ernst Rebsamen, Thalwil et Werner Kolb, Küsnacht.

Le président Schmid relève d'entrée la fatalité que présente la composition actuelle de 4 contre 3 du Conseil fédéral en faveur de la gauche politique favorable à un abandon de la souveraineté de la Suisse, d'où la tendance exclusivement majoritaire de l'administration à soutenir l'adhésion à l'UE pour des raisons d'égoisme pur. Le fait que le Conseil fédéral etl'administration soutiennent presque sans exception les intérêts d'institutions étrangères en Suisse portant préjudices au pays d'une manière ou d'une autre, au lieu de s'appliquer à protéger les intérêts de la Suisse, des citoyens suisses et des entreprises suisses auprès de ces institutions, doit être condamné. Qu'en est-il, sous cet aspect de l' "accord sur l'énergie" avec l'UE totalement Inutile et qui est de nature à mettre partiellement en péril la souveraineté de la Suisse! C'est pourquoi un oui s'impose lors de la votation du 17 juin 2012 en faveur de l'initiative populaire "Traités d'Etat la parole au peuple", contrairement aux recommandations d'économiesuisse.

Nous appuyons pleinement les parlementaires et les organisations amies qui soutiennent nos intérêts contre toutes sortes de manoeuvres intrigantes.

Sont élus à l'unanimité rapporteurs de voix MM. Harry Martin et Maximilian Walter.

Le procès-verbal de l'assemblée générale du 6 mai 2011 a été adressé à tous les membres et sympathisants. On peut en prendre connaissance également Sur notre site "unternehmer-vereinigung.ch" en deux langues. Le rapport annuel est approuvé à l'unimité.

Le résultat annuel fait ressortir des dépenses de CHF 1495.35. La fortune de L'association s'établissait au 31.12.2011 à CHF 8781.15. Il n'est pas établi de budget, puisque nos dépenses évoluent en fonction des nécessités politiques et de nos objectifs. En cas de mesures extraordinaires, nous comptons sur le soutien correspondant de nos membres et de nos sympathisants. Malgré nos rappels, un certain nombre de cotisations de membres sont demeurées
impayés. Ce qui explique le résultat inférieur à la moyenne comparé à celui des 6 dernières années. Le rapport de révision est présenté par Mme Margrit Schait. Aucune remarque concerne le compte annuel et le rapport de revision. Le rapport de revision et le compte annuel sont approuvés sans opposition, à la décharge du comité. L'assemblée décide à l'unanimité de maintenir la cotisation de membre inchangée à CHF 150.00 pour 2012.

Sont réélus sans opposition pour la durée de deux ans aux fonctions de résident de l'association et du comité M. Theobald O. Schmid, à celles de vice-président de l'association M. Jürg F. Fischlin, de secrétaire M. Ernst Rebsamen, et de membres du comité MM. Harry Martin,
Maximilian Walter et Ronald Hauser.

Le président propose à l'assemblée d'élire M. Bernard Robadey, secrétaire de la Suisse Romande, comme membre du comité. Bernard Robadey est depuis des années chargé des travaux de traduction
et s'applique à resserrer les liens de l'association avec la Suisse Romande. Il est élu par acclamation.

Les deux réviseurs, Mme Margrit Schait et M. Peter Baumgartner sont également réélus dans leurs fonctions par l'assemblée pour une durée de deux ans.

Pour l'activité durant l'année courante, le comité a retenu les principaux Points suivants:

Lutte résolue contre l'adhésion à l'UE

Lutte contre l'abandon partiel de la souveraineté en rapport

avec les questions institutionnelles

Revision et réorganisation éventuelle de la stucture des cotisations

Utilisation intensive des deux sites "unternehmer-vereinigung.ch"

et ,proschweiz.info', ainsi que facebook.

Divers: M. Werner Gartenmann, ASIN demande la parole et présente brèvement mais avec conviction les objectifs de l'ASIN. Il plaide en faveur du oui à l'initiative du 17 juin "Traités d'Etat la parole au peuple"

Pour terminer, le président tient à se féliciter de la bonne collaboration et du soutien au sein du comité. Il relève en particulier l'engagement infatigable de M. Ernst Rebsamen durant de longues années dans l'intérêt des principaux objectifs de l'Association patronale. Pour l'en remercier le président lui remet un cadeau en signe de reconnaissance

A 19h30, le président, remercie, pour terminer tous les participants à l'assemblée pour leur intérêt.

A 20h., le président Schmid donne la parole à l'ex-conseiller fédéral Christoph Blocher, conseiller national et membre d'honneur de l'Association patronale. L'orateur retrace les vingt dernières années pendant lesquelles l'association patronale a lutté contre une adhésion à l'UE. Il met en relief les problèmes actuels et leur aspect critique. Trop souvent les entreprises sont dirigées par des managers à la vue plutôt courte, alors que les intérêts à long terme de la Suisse tendent à être négligés. Le Conseil fédéral dans sa composition actuelle est en majorité partisan d'une adhésion, alors même qu'une partie de ses membres n'osent pas le dire ouvertement. 90 pour cent de l'administration est partisane d'une adhésion à l'UE qui lui prendrait une partie de ses responsabilités. La tendance à la reprise automatique du droit UE mène aussi en direction d'une adhésion. La défense de la souveraineté exige du courage et une volonté que la Suisse connait depuis toujours et qu'elle a mise à l'épreuve. Malheureusement, ces qualités nécessaires à notre existence, semblent quelque peu faiblir maintenant. Actuellement, l'UDC est l'unique parti qui défend ces valeurs sans faiblir. Il souhaite que notre association patronale saura persister dans ses efforts en faveur de la bonne cause. Pour terminer, l'orateur, suite aux acclamations, répond aux questions de l'assistance.

A 2100h le président donne la parole au président d'honneur Benno G. Huber qui retrace les origines de l'association patronale, le 21 août 1992 dans un local de travail de sa fabrique chimique à Dällikon, sous la direction de Heiri Guggenbühl, plus connu pour ses commentaires à la télévision sur la fête du Printemps (Sechseläuten) à Zurich. Les fondateurs de l'association patronale étaient d'anciens cadets militaires d'après-guerre parmi lesquels figurait aussi Ernst Rebsamen, qui fut premier secrétaire de l'association. Benno G. Huber fit aussi mention de ses rencontres avec Christoph Blocher au cours des dernières années. Il exprime l'espoir que les efforts déployés par l'association patronale contre l'adhésion à l'UE seront finalement
récompensés et que le "cas suisse" (Sonderfal) subsistera en tantque Etat souverain.

Le président remercie Benno G. Huber pour ses intéressants détails historiques et lance pour terminer un appel à l'assemblée, en termes suivants:

Les signes sont précurseurs de tempête. Nos buts font face à des conditions peu favorables. Mais il n'en faut pas moins réagir.

L'ennemi est parmi nous. Notre espoir vise à resserrer les rangs des forces jusqu'ici disparates.

Comptons sur le bon sens en vue d'atteindre nos objectifs

Qui renonce à la liberté au profit de la sécurité finira par perdre l'une et l'autre.

Avec un grand merci pour votre appui

Winkel/Zurich, 8 mai 2012

Le président Le vice-président et secretaire

Theobald O. Schmid /  Jürg E. Fischlin